brunoleyval

BRUNO LEYVAL
Journal et autres notes

𑁍  Info  𑁍  Rose de Jéricho

India – 18 juillet 2021

India

Écrire pour décrire l’indescriptible. Ineptie. Comment expliquer avec des mots un état de plénitude au milieu du chaos ? L’exercice est impossible, mais le besoin est vital pour comprendre et retransmettre l’improbable voyage intérieur que j’ai vécu en Inde. L’Inde ! L’Inde, envoûtante et mystique, vous emporte et vous balaye comme une feuille au vent. Un tourbillon de couleur, de senteur et de regards transpirants d’humanité.

Passés le choc culturel et la perte de repères, vint la place à l’abandon. Il faut savoir s’abandonner en Inde, s’abandonner à l’Inde, oublier nos réflexes, nos codes et notre vision occidentale pour ne pas basculer dans la folie. Dans la fourmilière chacun à sa place et il y a une place pour chacun… Une place pour Soi. Le regard d’un Sâdhu qui touche votre âme, le regard d’un enfant qui fracture votre cœur, le regard d’un peuple qui d’un hochement de tête vous fait chavirer… Le temps ralentit et les détails deviennent précieux comme des instants figés à jamais : sur un chantier de construction, une femme aux vêtements de safran porte sur sa tête une bassine pleine de gravats, la grâce d’un geste de la main qui vous enivre…

L’Inde vous renvoie à vous-même, à vos contradictions, à vos conceptions, à vos certitudes qui s’estompent dans les méandres de l’impermanence. L’ego est malmené à chaque instant, il se décompose et se brise en mille futilités. Rien ne vous prépare à l’Inde, car l’Inde vous répare, elle soigne votre humanité.